Au Nil soit qui Mali panse

Forum alter-discursif pro-transcendantal.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 UN SUPERBE BILLET DE MELCHIOR...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
la môme i
Admin
avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 19/03/2011
Localisation : Sur une rive du Nil...

MessageSujet: UN SUPERBE BILLET DE MELCHIOR...   Ven 1 Avr - 0:48

Melchior Griset Labûche, bourrique de charme, a fait son retour sur le club de l'otresite avec un billet époustouflant !
Je le copie/colle ici, ça en vaut la peine.


Les uns et les autres


(pour une discussion entre gens de bonne volonté)

Le diable a embrouillé comme à plaisir - tout le plaisir est pour lui - la question israélo-palestinienne en général, et sa représentation dans nos cervelles troublées en particulier. Une des armes favorites du personnage est la torsion du sens des mots: il aime à nous piéger par un décalage croissant entre le sens étymologique et le sens dérivé, historiquement acquis.

Des mots comme « antisémitisme », « antisionisme », « juif » et « Juif », « islam » et « islamisme » (entre autres), ont connu des flottements de sens qui ne rendent pas le débat facile. D’autant plus que bien des interlocuteurs n’ont nullement l’intention de débattre et d’échanger (sinon des horions), mais plutôt d’identifier l’ennemi et de cogner dessus; non d’argumenter, mais de disqualifier pour occuper le terrain. Au bout d’un moment, on tourne, et pas tout à fait en rond. La difficulté est de même nature dans maints autres débats, mais de moindre degré: ici, on n’est pas dans le chaud, mais dans le bouillant bouillonnant.

Que faire ? (à part continuer ainsi, ce qui, je le reconnais, peut apporter des satisfactions à certains: après tout, ce serait cruel de les priver de leur jouet, du moment qu’ils ne passent pas à l‘acte).

J’ai deux propositions, certes non suffisantes, et une remarque:

Propos.1) repenser le vocabulaire utilisé, pour écarter au moins une partie des malentendus, ceux qui tiennent aux mots employés plus qu’aux choses qu’ils désignent,
Propos.2) partir d’une idée directrice: le clivage pertinent n’est pas entre les deux camps apparents, mais entre les extrêmes et les moyens de ces deux camps pris deux à deux (non pas les « extrémistes » et « modérés », durs et mous (*), mais ceux qui veulent la défaite du camp d’en face et ceux qui veulent la paix, d’un côté les guerriers indomptables et testostéronisants, et de l’autre les partisans du « doux commerce » de Montesquieu et du compromis raisonnable).
Remarque: une importante difficulté tient à l’acceptation ou non de l’existence d’un Etat souverain des Juifs en terre supposée « d’Islam » et à ce titre revendiquée par l’Oumma comme sa propriété exclusive.

La première de ces deux propositions va contre les habitudes de pensée et les contaminations sémantiques qu’elles engendrent; en outre chaque chose, en soi, bouge et « se transforme en son contraire », d’où la difficulté de la nommer de façon stable et univoque.
La seconde s’oppose aux attitudes et aux simplismes (mais là, que les choses, en soi, bougent, apporte plutôt une nuance d’optimisme, pour le long terme -**).
_______________
(*) J’ai la faiblesse de penser que la fermeté (virtus) véritable est du côté des pacifiques conséquents, et la mollesse coupable du côté de ceux qui se laissent aller à épouser l’un des deux fanatismes en compétition.
(**) Mais « dans le long terme, nous sommes tous morts » (Keynes). Patatras !
NB. Par souci d’objectivité je donne les termes de mon « équation personnelle » ici et là.


Vocabulaire.

Antisémitisme.
À l’origine (XIXème siècle), désigne l’hostilité aux juifs et/ou Juifs (voir ces mots), qu’on ne désigne pas par ces vocables qui n’appartiennent pas au registre soutenu.
- Dis, Maman, il est juif, M. Swan ?
- Chut, si tu emploies des mots malpolis, je dirai à la bonne de te laver la bouche avec de l’eau et du savon. On dit: « israélite ». Leurs ancêtres ont crucifié Notre Seigneur, et pour des tas de raisons ils ne sont pas fréquentables.
- Je ne peux pas jouer avec Isaac et Myriam, alors ?
- Non. Mais tu peux prier pour eux.

L’antisémitisme (judéophobe) est interdit d’expression depuis la Libération, « avantageusement » remplacé pendant un temps par l’antisémitisme arabophobe (lui-même interdit, et c’est heureux, depuis la fin du XXème siècle). En fait les deux monstres s’entendent assez bien, dans le fond, et loin de s’opposer se nourrissent mutuellement..

Certains judéophobes, voire certains anti-sionistes non judéophobes, se défendent d’être antisémites en disant: comment le pourrions-nous ? Nous sommes nous-mêmes arabes ou arabophiles, or les arabes sont des sémites, donc… Réponse: c’est jouer sur le mot. Ils peuvent l’être (ou pas), au sens de « judéophobe ».


Antisionisme, sionisme.
Sionisme: mouvement historique qui, etc. (voir les encyclopédies).
Antisionistes: gens qui sont opposés à ce mouvement. Ils présentent une grande palette de positions: depuis des juifs (v. ce mot) ultra orthodoxes jusqu’à des islamistes (v. ce mot) éradicateurs.
L’auteur de ces lignes est antisioniste quand ce mot désigne l’opposition à l’expansionnisme israëlien vers la constitution d’Eretz Israël; il n’est pas antisioniste si ce mot désigne la volonté de détruire l’Etat d’Israël.

Juif, juif.
Un juif est un adepte de la religion juive.
Un Juif, c’est plus compliqué. C’est quelqu’un à qui peut être imputée (à tort ou à raison) une origine juive, et qui en tant que tel peut être soumis à discrimination, puis à persécution, pouvant aller jusqu’à la tentative d’extermination (cela, même s’il est converti ou descendant de convertis: la proie est trop belle).
L’auteur de ces lignes croit pouvoir avancer qu’il n’est ni l’un ni l’autre (quoi qu’il ne soit pas en capacité de produire les certificats de baptême de ses arrière-grand-mères). Il passe pour Juif par la grâce de Vertubleu, et aurait trouvé inélégant de rectifier, à l’époque (« Mais non, cher Monsieur Vertubleu, je ne suis pas celui que vous croyez, et je pourrais fouler le sol d’Arabie sans le souiller; rassuré ? »).
Comme il est interdit par la loi (qu’on s’en réjouisse ou qu’on le déplore) de s’en prendre aux juifs ou Juifs en tant que tels, beaucoup d’antisémites (au sens de judéophobes) jugent astucieux de s’en prendre aux « sionistes » ou « sionnards », se mêlant ainsi aux antisionistes non antisémites (lesquels ne font peut-être toujours pas ce qu’il faut, de leur côté, pour éviter la confusion, mais « c’est un détail », peut-être).
NB. Ma science infuse ayant des trous, je ne saurais tout à trac définir le juif ou Juif au sens précis du « droit au retour » israëlien. Je crois me souvenir que les interférences de la religion et du Droit public rendent les choses assez compliquées.

Islam et islamisme.
L’islam est l’une des trois principales familles de religions monothéistes.
Le musulman est un adepte de l’islam.
Le Musulman est au musulman ce que le Juif est au juif (mais c’est restreint, si je ne m’abuse, à la Bosnie-Herzégovine). Dans les pays où l’islam domine (« terre d’islam, pays de l’Oumma), le problème de la distinction entre les deux ne se pose guère, l’apostasie étant interdite et punie de mort.
Arabo-musulman: terme commode parce que vague et flou, vague et flou pour être commode (notons que « Arabe » est également, à lui tout seul, un terme flou… Madame Kirchner et Monsieur Moralès sont-ils des Espagnols ?).

Islamisme: contrairement à judaïsme ou christianisme, ne désigne pas la religion, mais une tentative à caractère politique d’appliquer la « charia ». À la différence de l’islam, il est incompatible, par nature, avec la laïcité (me semble-t-il) et avec l’humanisme moderne.
Élément de mon équation personnelle: laïcité et humanisme moderne (idéal de tolérance compris, et qu’on veuille bien nous épargner ici le « bon » mot de Claudel) font corps, pour accepter l’islam à côté des autres religions et refuser l’islamisme comme tout projet totalitaire.

Le clivage pertinent.

Devant les conflits humains, en règle générale, on est fondé - ou en tous cas porté - à supposer que l’un a tort et l’autre raison (ou moins tort); il faut alors déterminer lequel a raison (ou moins tort que l’autre) et ensuite soutenir sa cause au nom de la Vérité et de la Justice. Cette posture d’esprit bien « naturelle » conduit malheureusement à des mécanismes de pensée un peu trop… mécaniques, en effet.

Qui avait raison, en 1914, des démocraties colonialistes de l’Ouest de l’Europe (soutenues par la Russie tsariste), ou des Empires centraux (soutenus par les Turcs) ? Jaurès s’époumonne à dire que le clivage n’est pas là, qu’il est entre classes possédantes bellicistes et travailleurs qui auraient tous les motifs d’être pour la paix, on lui fait passer le goût de la tartelette aux fraises (et son assassin sera acquitté après la guerre et la « victoire »).
On peut reprendre l’exercice pour 39-45... Après coup c’est assez facile de trouver la bonne réponse, mais à l’époque ? Peu de gens voyaient qu’il était, le clivage, entre les Nazis et leurs alliés d’un côté, et de l’autre leurs ennemis coalisés (dont les staliniens soviétiques, dont les impérialistes britanniques, dont les ségrégationnistes américains… ben oui !). Et tant pis cette fois pour les pacifistes, en retard d’une guerre mondiale.
De nos jours, à propos du conflit dit « israélo-palestinien », j’incline à penser que le clivage pertinent, pour l’analyse historique et le soutien militant éventuel, n’est pas entre le camp sioniste emmené par les faucons sionistes, d’une part, et d’autre part le camp islamiste emmené par les faucons islamistes. Il est entre les faucons des deux camps, qui s’entendent entre eux comme larrons en foire pour faire marcher la machine à refuser toute paix, et sont prêts à lutter jusqu’à la dernière goutte de sang de leurs masses tant respectives qu’opposées, et les colombes des deux camps (singulièrement amochées des deux côtés, mais toujours vivantes, et seules à détenir la solution).
L’image qui convient n’est pas celle d’une barre rectiligne, avec une extrémité hypersioniste et une extrémité hyperislamiste et entre les deux un double dégradé conduisant à un centre mou (et méprisable parce que mou); c’est plutôt celle d’un fer à cheval: les deux extrémités inconciliables et irréconciliables mais d’accord pour se dénoncer mutuellement comme extrémistes et exterminatrices, et en connivence pour poursuivre une surenchère qui éloigne toujours plus toute perspective de paix, tout cela au nom d’un double pâté indigeste théocratique et nationaliste, s’opposent à ceux qui sont d’abord non pas des Juifs sûrs d’eux-mêmes et dominateurs ou des « arabo-musulmans » soumis à l’ordre divino-prophétique de tuer tous les juifs sans en épargner aucun, mais des êtres humains qui reconnaissent les gens d’à côté comme des êtres humains, dont chacun est une personne merveilleuse, unique et irremplaçable, à l’image du Créateur diront les croyants.
Le clivage est entre les bellicistes et les pacifiques.
Mon équation personnelle: n’étant pas du champ de bataille, et n’ayant pas de bonnes ou de mauvaises raisons de m’identifier à l’une ou l’autre des deux « communautés » en cause plus qu’à d’autres, il m’est plus facile de refuser de prendre parti pour la guerre (que ce soit d’un côté ou de l’autre). C’est certainement une lacune, qu’il me faut regretter quand je vois les beaux sentiments mâles et généreux qui animent les militants de l’une et l’autre cause, et leur inspirent de si belles et nobles empoignades… Mais que voulez-vous, le nationalisme intégral (« right or wrong, my country ») n’est pas ma tasse de thé, la théocratie monothéiste non plus, je n’ai donc aucun mal (et aucun mérite) à rejeter les deux extrêmes.
Je lis aussi qu’il n’y a pas d’innocents, en particulier que les enfants du camp destiné par l’Histoire , dit-on de part et d’autre mais ce n’est pas le même, à perdre en définitive, sont eux aussi coupables et méritent leur mise à mort quand les nobles combattants les débusquent dans leur berceau. C’est affirmé avec une force impressionnante, et j’en demeure impressionné (raison de plus pour ne pas exposer mes descendants, trois huitièmes de juifs polonais et deux quarts de kabyles musulmans -cousins germains les uns des autres); mais je ne suis pas d’accord, on se demande bien pourquoi.

Sur la remarque.
Dans les débats récurrents, deux points (voisins) me paraissent remarquables, alors que les débattants de l’un et l’autre camp semblent d’accord tacitement pour les occulter, de sorte que je soupçonne ces deux points d’être pour eux embarrassants.
D’une part la présence en Israël d’une importante communauté de Juifs originaires des pays du Moyen-Orient même, par exemple Irak, Yémen. Pour quelles raisons impérieuses ont-ils quitté leurs paradis respectifs et éprouvé le besoin de se réfugier en Israël ? N’y a-t-il pas là un sujet de réflexion ? Et que fait-on d’eux lors la solution définitive ? (J’ai failli écrire « finale », mais il ne faut insulter ni le passé ni l’avenir, qui sont également rancuniers).
D’autre part, le scandale des scandales n’est-il pas la prétention des Juifs d’ériger un État souverain à eux, en un endroit où ils ne seraient ni soumis à la dhimmitude (quels ingrats !) ni pogromables à merci ? Singulier peuple, qui n’accepte pas la soumission que le Prophète, voix de Dieu, lui assigne. Si vous voulez mon avis, tout ça n’est pas bien catholique.


31 Mars 2011 Par Melchior Griset-Labûche

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neferjuju.canalblog.com/
daniyavance
Admin
avatar

Messages : 309
Date d'inscription : 19/03/2011
Localisation : Sur mer ou sur terre.

MessageSujet: Re: UN SUPERBE BILLET DE MELCHIOR...   Ven 1 Avr - 8:46

Merci la Môme pour cette info.

Je viens de lire ce billet, qui a le mérite de m'éclairer sur ce conflit qui dure et auquel je n'avait pas compris grand chose.
Vu l'heure de ma lecture j'y reviendrais de nouveau avec des yeux et un cerveau, ce soir quand ils seront à pleine puissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shermum
Admin
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 19/03/2011
Localisation : ici

MessageSujet: Re: UN SUPERBE BILLET DE MELCHIOR...   Ven 1 Avr - 11:49

Puissante écriture et puissant propos. Indispensable et définitivement utile ! sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ecureuil Endormi

avatar

Messages : 97
Date d'inscription : 19/03/2011
Age : 60
Localisation : Poitou-Charentes

MessageSujet: Re: UN SUPERBE BILLET DE MELCHIOR...   Ven 1 Avr - 18:45

Bigre !
Ecriture très intéressante. Je vais aller voir s'il y a des réactions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la môme i
Admin
avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 19/03/2011
Localisation : Sur une rive du Nil...

MessageSujet: Re: UN SUPERBE BILLET DE MELCHIOR...   Sam 2 Avr - 9:37

"Comme il est interdit par la loi (qu’on s’en réjouisse ou qu’on le déplore) de s’en prendre aux juifs ou Juifs en tant que tels, beaucoup d’antisémites (au sens de judéophobes) jugent astucieux de s’en prendre aux « sionistes » ou « sionnards », se mêlant ainsi aux antisionistes non antisémites" [color=blue]

C'est exactement ce qu'il se passe sur l'otresite ! Et quand vous vous en indignez ou voulez le dénoncer, vous vous prenez tous les fâcheux et leurs poissons pilotes bien-pensants dans la tronche ! "Mais non, ce n'est pas de l'antisémitisme, c'est de l'antisionisme ! Arrête donc d'insulter ces braves abonnés ! "
Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neferjuju.canalblog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: UN SUPERBE BILLET DE MELCHIOR...   

Revenir en haut Aller en bas
 
UN SUPERBE BILLET DE MELCHIOR...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» WEBCAM FAUCON PELERIN SUPERBE !!!
» Le Merion superbe... tout est dans son nom !
» Orchis ovalis ( Orchis superbe )
» Juste un peu de tendresse, regardez, c’est superbe !
» superbe video....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au Nil soit qui Mali panse :: Avenue des Quat'z'arts :: Grill de lectures-
Sauter vers: